Mots-clefs

, , , , , , ,

*****

Un challenge original imaginé par Kelly (The Truth In Story) sous le nom de LenorMarch, traduit en français et adapté en LenorMai par Siùloir Aisling.

*****

Jour 18 :

« Souris et Cœur : Quelle signification ont ces deux cartes pour vous ? Puis répondez à la question «Qu’est-ce qui pour vous met en danger, détériore inévitablement une relation amoureuse ou amicale ? Que faites-vous pour l’éviter ?» »

Les Souris sont de l’ordre de la NUISANCE. C’est une carte qui parle de dégâts, de ce qui s’abime, fuite, sera perdu ou volé. Elle sera donc à mettre en rapport avec tout ce qui est susceptible de se détériorer dans la vie du consultant, le ronge, causant son lot de stress. Elle représentera très bien les indésirables, des voleurs, des profiteurs de type vautours (ceux qui se délectent des restes et des catastrophes qui arrivent aux autres), des vampires psychiques ou encore des curieux qui viennent fouiner dans votre vie privée.

Le Coeur évoque évidemment l’AMOUR. Cette carte parlera d’abord de sentiments et de tendresse, de liens qui se créent, des relations que l’on entretient, des interactions amoureuses ou des affinités amicales. On est ici dans le domaine des émotions et de la passion, des coups de foudre et des coups de coeur les plus variés. Cette carte est donc à mettre aussi en rapport avec tout ce qui nous attire et a notre préférence naturelle, qu’il s’agisse de personnes, d’activités, d’objets ou d’autres choses plus abstraites (ce dont on est un fan absolu, tous nos favoris du moment, ce dont on se délecte…). Par conséquent, elle reflète également les sources de joie et de plaisir.

LJ18Les Souris et Le Coeur – Dust Bunny Lenormand.

Ce qui selon moi détériore à coup sûr une relation et la mène vers une fin certaine, c’est le manque de confiance ou la confiance trahie. Quand on est dans le doute permanent et que l’on remet sans cesse en question le comportement de l’autre en s’interrogeant sur ses motivations et objectifs véritables, la relation en pâtit des deux côtés, que les craintes soient fondées ou non. On n’est plus dans une relation d’amour et de partage mais dans un rapport entaché de peur qui contraint à la retenue. Ceci empêche de donner et de recevoir. La relation est condamnée à mourir à plus ou moins long terme car il n’y a plus rien pour l’alimenter de façon saine.

Pour éviter de me retrouver dans une pareille situation :
– Je travaille ma confiance en moi pour pouvoir avoir davantage confiance en les autres,
– J’évite de projeter dans le présent des craintes liées à des expériences passées,
– Je tâche de poser des questions au lieu de supposer,
– Si le doute persiste malgré tout ou que je ne parviens pas à pardonner, alors il est temps pour moi de m’en aller.

Publicités