Mots-clefs

, , , , , , ,

*****

Un challenge original imaginé par Kelly (The Truth In Story) sous le nom de LenorMarch, traduit en français et adapté en LenorMai par Siùloir Aisling.

*****

Jour 16 :

« Tour et Jardin : Quelle signification ont ces deux cartes pour vous ? Puis répondez à la question «Ces deux cartes sont caractéristiques d’un système d’attraction-rejet vis à vis des rapports avec les autres, êtes-vous plutôt ermite ou sociable ? Qu’est-ce qui recharge vos batteries, la solitude ou les interactions ?» »

La Tour m’inspire l’ISOLEMENT. Si l’isolation est volontaire, on pourra parler de retraite. Dans le cas contraire, elle pourra s’accompagner de sentiments d’exclusion, de rejet et de solitude. La tour pouvait servir, jadis, soit de de prison, soit de poste de surveillance dans le cadre d’une stratégie défensive. Elle pourra alors parler aussi bien d’enfermement que d’observation, ou encore de protection. Avec toutes ses marches à monter pour parvenir à son sommet, il est tentant de la mettre également en relation avec l’administration et toutes ses procédures. Enfin, cette carte parle de hauteur, d’élévation de point culminant et de domination.

Le Jardin représente pour moi la SOCIÉTÉ. Il s’agira donc de se sociabiliser, de rencontrer de nouvelles personnes, de sortir, d’évènements mondains. Il est question de rassemblements, d’activités de groupe, de communautés. Le jardin évoque aussi l’extérieur, les espaces publics où l’on peut se distraire et se recréer, le fait de prendre l’air frais, la nature. Cette carte peut représenter l’opinion publique, la foule ou un auditoire. Je lui associe les moments festifs ou de repos, les loisirs, ainsi que les instants de partage et d’échange.

LJ16La Tour et Le Jardin – Lenormand de Marseilles.

Sans être asociale, je suis plutôt solitaire. Je suis une extravertie (à la base) qui se comporte (désormais et depuis un certain temps maintenant) comme une introvertie ! C’est dû encore une fois à mon histoire personnelle. Je me suis adaptée à mon environnement. J’aime aller vers les autres mais je tiens à la préservation de mon espace vital. Je n’aime pas me sentir envahie. Tout est question de dosage. Je suis assez indépendante. J’ai appris à me plaire en ma propre compagnie, je suis en paix avec moi-même, aujourd’hui. Je ne cours donc pas particulièrement après la multiplication des relations, même si j’apprécie d’échanger et de faire de nouvelles rencontres. Je n’aime pas forcer les choses, je vise la spontanéité. La solitude ne me pèse pas, je peux même la rechercher parfois, quand j’ai besoin de me retrouver. Là où elle peut devenir un problème pour moi, c’est quand je ne la choisis pas et qu’elle s’impose trop longtemps à mon goût. La solitude recharge mes batteries mais l’interaction tout autant ! Elles le font chacune d’une manière différente et n’apportent pas les mêmes éléments. Il y a un juste équilibre à trouver selon ses besoins personnels, je crois.

Publicités