Mots-clefs

, , ,

*****

Un challenge original imaginé par Ethony sous le nom de 31 Days of Tarot, traduit en français et adapté en 31 Jours Au Pays Du Tarot par Claire de la Lune.

*****

Jour 15 :

« Quelle est ton utilisation du tarot ? »

J’ai écrit un article dans lequel j’expose tout ce qu’il est possible de faire avec le Tarot, selon moi. Il est consultable ici. En ce moment, je me sers le plus souvent des lames pour analyser une situation complexe, demander conseil lorsque j’ai une décision importante à prendre et que je ne parviens pas à trancher, ou obtenir soit la confirmation, soit l’infirmation d’un ressenti personnel qui ne serait fondé sur aucun élément tangible. J’aime aussi beaucoup réfléchir sur le sens de la vie, philosopher, en contemplant les cartes. Hors désir particulier de pratiquer quelques exercices spécifiques ou expérimentations inédites, dans un esprit de découverte et d’enrichissement de mes connaissances, j’utilise les cartes avec parcimonie. Sortir un jeu en vue d’un tirage n’est pas mon premier réflexe dans les moments difficiles. J’essaie toujours autant que possible d’agir d’abord en accord avec mes objectifs, en usant de bon sens, et de trouver la réponse à mes questions en étant à l’écoute de moi-même, sans passer par un intermédiaire. Je considère ce choix de donner priorité à l’écoute de soi comme un entraînement qui me permet de faire preuve de plus de réceptivité, par la suite, aux messages des lames. Ainsi, je suis davantage en mesure de lire et de reconnaître dans les cartes le message qui me concerne directement et s’applique à ma situation, au milieu de leurs enseignements plus universels.

Je ne suis pas une adepte de la divination pure. Quand je dis cela, ce n’est pas que je doute de l’efficacité de cette approche ou que je la crains. Il m’arrive d’employer des étalements qui contiennent des positions de nature prédictive. Seulement, je ne saurais m’en contenter. D’abord, je suis consciente des dérives possibles (et là, le problème ne vient pas des cartes, mais bien de l’état d’esprit et des réactions du praticien et du consultant face à l’aspect augural de la chose). Ensuite, je suis d’avis que les avantages de la « prédiction rien que pour la prédiction » sont limités. Je préfère utiliser des étalements hybrides qui, s’ils donnent un aperçu de l’évolution d’une situation, suggèrent dans le même temps quelques moyens d’en tirer le meilleur parti, voire des clés pour créer un futur davantage à son goût. Mon problème avec la divination pure n’est donc pas la divination elle-même, mais bien les raisons qui la motivent et la façon dont on s’en sert. Beaucoup de gens ne sont tout simplement pas prêts à la recevoir telle quelle, paniquant par manque de recul, et j’aurais tendance à m’inclure parmi eux, selon le thème abordé. Il me semblait important de préciser et nuancer ma pensée à ce sujet.

Publicités