Mots-clefs

, , , , , , ,

*****

Un challenge original imaginé par Kelly (The Truth In Story) sous le nom de LenorMarch, traduit en français et adapté en LenorMai par Siùloir Aisling.

*****

Jour 10 :

« Serpent et Cercueil : Quelle signification ont ces deux cartes pour vous ? Puis répondez à la question « Si vous voyez le serpent comme la carte de la tromperie, comment mettez-vous fin aux influences négatives et trompeuses dans votre vie ? Si vous voyez le serpent comme un symbole de transformation, quels obstacles se sont mis en travers de vos processus de transformation et comment avez-vous géré la situation ?» »

Le Serpent m’évoque le mot-clé MENSONGE. Il y a une langue de vipère à proximité, prête à cracher son venin. C’est une personne en qui on ne peut avoir confiance, manipulatrice, toxique. Il peut également s’agir de séduction, on est alors sous le charme, hypnotisé/ensorcelé par un être aux instincts prédateurs que l’on a pu laisser faire ou bien qui nous a surpris. Déception et trahison sont à prévoir, cette dernière étant le plus souvent motivée par la jalousie et l’envie.

Le Cercueil est pour moi lié à la MALADIE bien plus que L’Arbre, dans sa manifestation tangible. Quelle soit physique (on est diminué) ou mentale (dépression), on vit des instants pénibles, on souffre, on est accablé de chagrin. Quelque chose peut également s’être dégradé ou avoir pris fin, on ressent un sentiment de perte et il faudra effectuer un deuil. Parfois, les choses se terminent pour le mieux, soit parce-que la perdurance d’une situation aurait été nuisible, soit parce-que l’on est arrivé au bout d’un processus. Côté métaphore, c’est celle qui m’indique que « c’est mort », il n’y a (plus) rien à espérer vis à vis de la question qui nous préoccupe.

LJ10Le Serpent et Le Cercueil – Antiquarian Lenormand.

J’ai donc nettement tendance à voir davantage Le Serpent comme le signe de la tromperie, de la médisance et de la méchanceté. Cette carte, chaque fois que je l’ai tirée, a confirmé les doutes que je pouvais avoir concernant le comportement hypocrite d’une personne simplement intéressée, voire mal intentionnée. Pour mettre fin à ce jeu de dupes, je choisis souvent la confrontation. J’exprime haut et fort mes interrogations à la personne concernée. Je lui fais part de mes suspicions et de mes hypothèses, accompagnées des éléments à charge en ma possession. En général, cela déstabilise mon interlocuteur et provoque toujours une réaction qu’il me sera facile d’interpréter. Je suis assez douée pour reconnaître les signaux émis par une personne qui vient de se faire démasquer, même si elle essaie de se donner une contenance pour feindre l’étonnement et l’incompréhension. Lorsque j’ai la certitude que l’on a essayé de m’abuser, je mets fin à la relation de façon assez brutale et de façon définitive. Je pardonne volontiers les erreurs mais pas la fourberie, ni l’intention de nuire pour le plaisir.

Publicités