Mots-clefs

, , ,

*****

Un challenge original imaginé par Ethony sous le nom de 31 Days of Tarot, traduit en français et adapté en 31 Jours Au Pays Du Tarot par Claire de la Lune.

*****

Jour 1 :

« Quels ont été mes premiers contacts marquants avec le tarot ? »

La toute première fois où j’ai été profondément touchée par une de mes interactions avec le Tarot, c’était après m’être tiré les cartes avec le Tarot de Thoth d’Aleister Crowley. J’en suis ressortie toute chamboulée, même si je débutais alors et que je me référais simplement au livre de Gerd Ziegler :  Tarot, Miroir de l’âme. En guise de réponse à ma question, les lames tirées m’invitaient à m’en poser d’autres, m’orientant vers des thèmes et des évènements de ma vie que j’avais enfouis dans mon inconscient. Je crois que c’est ce jour là que j’ai réalisé à quel point le Tarot pouvait être puissant, juste et pas forcément agréable à pratiquer. J’ai compris à ce moment qu’il agissait tel un miroir et qu’il n’épargnait rien, qu’il donnait à voir les choses telles qu’elles étaient pour peu qu’on veuille bien ouvrir les yeux et regarder droit devant. J’étais fascinée, attirée et effrayée à la fois.

La deuxième fois, c’était lors d’un tirage pour savoir comment les choses allaient tourner suite à une décision que j’avais prise. Ca a enfoncé le clou de la désillusion un peu plus loin. Non seulement le Tarot pouvait remuer des choses que j’aurais préférer oublier mais en plus il pouvait m’annoncer de très mauvaises nouvelles. J’ai boudé un peu sur le coup car ma décision était déjà prise et je ne pouvais plus revenir en arrière. J’ai oublié le tirage pour m’apercevoir au bout de quelques semaines que le cauchemar annoncé était bien en train de se réaliser. Je n’ai pu prendre toute la mesure de ma situation qu’après plusieurs mois, le calvaire était parti pour durer et gagnait en ampleur au fil du temps. C’est probablement cette expérience qui m’a incitée à ne plus utiliser le Tarot à des fins purement prédictives. Savoir que l’on va morfler, même si cela s’avère juste, n’aide pas. Mais un conseil pour surmonter une épreuve, ça peut faire la différence et tout changer.

La troisième fois, ce fut lors d’un tirage pour autrui sur un sujet très délicat. Ca m’a demandé énormément d’énergie et j’étais épuisée tant physiquement que mentalement après la séance. Je reste marquée par ce tirage pour plusieurs raisons, notamment éthiques, et par rapport au dénouement de la situation à court puis à long terme. Il m’a permis de retenir une leçon importante : Peu importe ce qu’annoncent les cartes, rien n’est jamais acquis, définitivement. Un tirage peut s’avérer juste demain et la vie pourra tout autant le contredire après-demain. Ce tirage, enfin surtout ce qui s’en est suivi, explique en partie ma réticence à lire les cartes pour d’autres encore aujourd’hui.

Enfin, une autre interaction marquante avec le Tarot fut celle que j’ai eu durant ma lecture du livre Tarot 101 de Kim Huggens alors que j’étais hospitalisée. J’ai eu comme une myriade de révélations, j’ai commencé à comprendre et pouvoir mettre en relation un tas de choses ensemble. J’ai vécu une véritable initiation régénératrice. C’est à cette époque que j’ai commencé à avoir une approche plus créative avec les lames et que j’ai pu goûter aux vertus curatives du Tarot comme outil de guérison sur le plan holistique. C’est à cette époque également que l’idée de mettre en place Arcanae Mirror a germé dans mon esprit.

Publicités