Mots-clefs

, ,

TDL1Particularités :

Nom du jeu : Trionfi Della Luna
Auteur : Patrick Valenza
Illustrateur : Patrick Valenza
Editeur : Auto-édité
Date de première publication : 2014
Type de production :  Limitée (100 exemplaires pour le premier jet), à versions multiples (italienne, anglaise, Paradoxical, Paradoxical Blue), major arcana only
Disponibilité : Bonne
Prix indicatif : 39 Euros environ, frais de port compris
ISBN : Néant
Langue : Anglais

Tradition : Tarot de Marseille
Thème : La lune, le moyen-âge
Niveau requis : Débutant
Conseillé aux : Amoureux de la lune, du Moyen-Age, du Tarot de Marseille
Nombre de Cartes : 29
Taille des Cartes : 12 cm X 7 cm

L’Arcane Majeur :

Le Fou, Le Magicien, La Grande Prêtresse, L’Impératrice, L’Empereur, Le Hiérophante, Les Amoureux, Le Chariot, La Justice, L’Ermite, La Roue De Fortune, La Force, Le Pendu, La Mort, Tempérance, Le Diable, La Tour, L’Etoile, La Lune, Le Soleil, Le Jugement, Le Monde.

Le Fou est en position 0, La Justice est en position 8, La Force est en position 11.

Lames supplémentaires :

1 lame du Diable alternative et 6 cartes bonus (artwork).

Description des cartes :

Trionfi Della Luna, aussi connu sous le nom de projet « 333 », est un jeu qui se compose uniquement des lames de l’arcane majeur. Patrick Valenza dit à son sujet qu’il est le petit cousin médiéval du Deviant Moon, son premier tarot complet. Au niveau des illustrations, réalisées à l’aquarelle et qui rappellent fortement l’imagerie d’un traditionnel tarot de Marseille en dépit de réinterprétations très intimes, on se retrouve à la croisée des chemins entre un univers lunaire, onirique, et des ambiances moyen-âgeuses. Les scènes sont dynamiques et riches en détails, les traits délicats. Les visions exprimées sont parfois provocantes et satiriques mais néanmoins justes et non dénuées d’humour, tels des pamphlets ou des caricatures. On ressent, pour certaines lames, une volonté évidente de mettre en relief leurs nuances les plus obscures. Ceci est d’autant plus flagrant avec l’omniprésence de ces créatures étranges dont les déformations diverses et variées rappellent les monstres de foire ou ceux issus de nos pires cauchemars. Pourtant, paradoxalement, douceur et poésie se dégagent tout autant de ce jeu. Des bordures blanches délimitées par un cadre noir encerclent les représentations. Le dos de carte consiste en une répétition de croissants de lune sur un fond bordeaux. Ma version est titrée en anglais dans une police noire, en lettres majuscules, en milieu de bas de lame, au sein d’un cartouche de couleur gris taupe virant parfois au châtaigne. L’Arcane XIII n’est pas concernée. La numérotation se fait à la romaine en haut de carte, au centre, sauf pour Le Fou qui se voit attribuer l’habituel 0. Le jeu est d’une qualité classique, souple, au fini mat, avec des angles arrondis, offrant de bonnes sensations de glisse lors du mélange.

Description du livret :

Aucun LWB n’est fourni. Il faut dire que c’est inutile ici puisque le jeu, bien que stylisé, se base sur l’arcane majeur d’un TDM classique. Le débutant pourra donc se référer à un ouvrage traitant de cette tradition s’il le souhaite et en éprouve le besoin.

Quelques unes de mes représentations préférées :

TDL2Le Fou, La Force, La Mort, Tempérance,
La Lune, Le Soleil, Le Jugement, Le Monde.

Les 2 versions du Diable :

TDL3Les  6 cartes bonus (artwork) :

TDL4La carte de présentation du jeu et le dos des lames :

TDL5Le Recto du papier d’emballage et des cartes samplers :

TDL6Le Verso du papier d’emballage et des cartes samplers…

TDL7L’interview :

TDL8***7**5
***6**4
2**1**3

1- Comment te décrirais-tu ? (Le Fou) : « J’ai l’esprit un peu barré quand même, mais rien de bien méchant… »

2- Quelles sont tes limites, tes faiblesses ? (Le Chariot) :  » Il manque une roue à mon carrosse, on m’a amputé de mon arcane mineur ! »

3- Quels sont tes forces, ton potentiel ? (Le Soleil) : « Je suis plutôt brillant dans mon domaine. »

4- Dans quel domaine m’aideras-tu au mieux ? (La Roue De Fortune) : « Bah, pour te dire ta bonne ou ta mauvaise fortune, crétine ! »

5- Qu’as-tu à m’offrir ? (Les Amoureux inversés) : « Une relation strictement professionnelle, va pas t’imaginer des trucs… »

6- Comment dois-je t’approcher ? (Le Hiérophante) : « Oh, disons à l’ancienne, dans le respect de la tradition. »

7- Quelle sera notre relation ? (La Grande Prêtresse) : « Elle sera très instructive et instinctive, on se comprendra très bien, toi et moi, même à demi-mots. »

Conclusion : Jeu à privilégier pour les tirages divinatoires à 22 lames.

Mon avis :

Les + : L’univers onirique, le thème à la fois original et traditionnel, les magnifiques aquarelles, la qualité des cartes.

Les – : L’absence d’arcane mineur et de boîte de rangement.

Il n’est aucunement dans mes habitudes de craquer sur des jeux amputés de leur arcane mineur…Et pourtant, celui-ci a réussi le tour de force de me faire déroger à mes principes, essentiellement grâce à son charisme particulier lié à l’univers onirico-dérangeant de son auteur. C’est un jeu un brin rebelle dans l’âme, assurément de caractère, à l’ambiance mystérieuse. Il a su m’intriguer et éveiller ma curiosité, je suis volontiers tombée sous son charme. La réinterprétation de certains détails dans les illustrations pourra surprendre mais reste toutefois accessible et d’une logique pertinente implacable. Je suis ravie d’avoir su ouvrir mon esprit et de pouvoir tester très prochainement des tirages en n’employant que l’arcane majeur du tarot. J’ai hâte de voir ce que ça donne et de découvrir en quoi et dans quels contextes ils sont les plus adaptés. Comme on dit, seuls les idiots ne changent jamais d’avis…A noter que l’auteur réagit très rapidement lorsqu’il est contacté et que des remises sont proposées régulièrement sur la page d’accueil de son site.

On le trouve par ici…

Publicités