Mots-clefs

, ,

TOTA1

Particularités :

Nom du jeu : Tarot Of The Absurd
Auteur : Jessica Rose Shanahan
Illustrateur : Jessica Rose Shanahan
Editeur : Auto-édité
Date de première publication : 2012
Type de production : Limitée (600 exemplaires)
Disponibilité : Bonne
Prix indicatif : 38 Euros, frais de port inclus
ISBN : Néant
Langue : Anglais

Tradition : Rider-Waite-Smith
Thème : Noir et blanc
Niveau requis : Débutant
Conseillé aux : Amoureux du noir et blanc, petits rigolos et autres poètes
Nombre de Cartes : 78
Taille des Cartes : 12 cm X 7,5 cm

L’Arcane Majeur :

Le Fou, L’Alchimiste, La Grande Prêtresse, L’Impératrice, L’Empereur, Le Hiérophante, Les Amoureux, Le Chariot, La Force, L’Ermite, La Roue De Fortune, La Justice, Le Pendu, La Mort, Tempérance, Le Diable, La Tour, L’Etoile, La Lune, Le Soleil, Le Jugement, Le Monde.

Le Fou est en position 0, La Force est en position 8, La Justice est en position 11.

L’Arcane Mineur :

Les Suites : Les Deniers, Les Epées, Les Bâtons, Les Coupes.

La Cour : Valet, Chevalier, Reine, Roi.

Description des cartes :

Jessica Rose Shanahan nous offre un joli jeu en noir et blanc. Il s’agit donc d’un jeu en négatif où le blanc immaculé des silhouettes de personnages et de décors se superpose à un fond d’un noir intense. Les scènes dessinées d’un trait assez épais reprennent les thématiques du Rider-Waite-Smith mais le style personnel de l’auteur apporte une fraîche note humoristique non dénuée de poésie. Il n’y a aucune bordure, ce qui permet de mieux s’immerger dans les illustrations.  Le dos des cartes, réversible, représente une double porte par un délicat tracé aile de corbeau sur fond neige. Le titrage de l’arcane majeur s’effectue en milieu de bas de lame, dans la teinte contrastant avec le détail de l’image à cet emplacement, et la numérotation est réalisée en chiffres arabes, de la même manière. Quant à l’arcane mineur, c’est tout l’inverse : Dénomination et numérotation se retrouvent sens dessus-dessous mais toujours dans le même principe, hormis le fait que suites et  numéros sont indiqués entre deux traits horizontaux et que les as le sont en toutes lettres. Ces caractéristiques ajoutent un petit effet miroir au jeu. Les cartes sont fines, souples et glissent très convenablement, malgré l’absence de pelliculage. On peut craindre d’éventuelles traces de doigts si l’on manque de précautions. Le fini est mat et les angles sont légèrement arrondis. La boîte de rangement reprend le motif du dos de carte et se distingue par le fait qu’elle reste ouverte sur les côtés. Un élégant ruban rouge vif permet de contenir le jeu une fois que les lames y sont rangées. L’ensemble pourrait paraître fragile mais avec un minimum de délicatesse, le jeu résiste assez bien à l’épreuve du temps.

Description du livret :

Il n’y a aucun livret. Cela peut-être déstabilisant pour un tout jeune novice. Néanmoins, rien de tout cela ne me paraît franchement indispensable. En effet, l’humour de Jessica est très parlant par lui-même et titille ludiquement l’imagination. Il y a donc moyen de très bien se débrouiller sans. Toutefois, pour les puristes, un livre-guide est en cours d’écriture et sera vendu séparément.

Quelques unes de mes représentations préférées :

TOTA2

Le Fou, L’Alchimiste, L’Ermite, La Justice,
La Tour, Le Pendu, Le Soleil, Le Jugement.

TOTA3

Valet des Epées, Chevalier des Bâtons, Reine des Deniers, Roi des Coupes,
As des Epées, 8 des Bâtons, 10 des Deniers, 6 des Coupes.

La Lune et sa version alternative :

TOTA4

Le dos des lames, la carte numérotée et la boîte de rangement : 

TOTA5

 L’interview :

TOTA6

***7**5
***6**4
2**1**3

1- Comment te décrirais-tu ? (La Roue de Fortune) : « Mes humeurs sont très variables… »

2- Quelles sont tes limites, tes faiblesses ? (3 des Bâtons) :  » Je vois loin…Mais du coup, je peux manquer des détails importants. »

3- Quels sont tes forces, ton potentiel ? (Roi des Deniers) : « Je suis un bon vivant et tout ce que je touche se transforme en or. Je sais voir les bons côtés en toute chose et profiter de ce que j’ai. »

4- Dans quel domaine m’aideras-tu au mieux ? (Reine des Deniers) : « Je pense t’être très utile pour les questions du quotidien. »

5- Qu’as-tu à m’offrir ? (As des Epées) : « Tout un potentiel de réflexion et du sens pratique. »

6- Comment dois-je t’approcher ? (L’Alchimiste inversé) : « Avec sincérité et dynamisme mais sans trop de chichis, on ne me la fait pas, à moi ! »

7- Quelle sera notre relation ? (Valet des Bâtons inversé) : « Au début, il faudra sûrement y mettre un peu de bonne volonté car tu tenteras de me résister, de m’ignorer…Tu sais à quel point tu crains le changement, n’est-ce pas ? »

Conclusion : Jeu à privilégier pour la gestion de questions pratiques.

Mon avis :

Les + : L’élégance du contraste noir et blanc, la touche d’humour distillée dans les illustrations, le brin de poésie qui se niche dans certaines lames, l’originalité de la boîte.

Les – : C’est un jeu à manipuler avec précaution et qui boit les empreintes de doigts, donc à ne surtout pas toucher après avoir mangé des frites… Pour ceux qu’ils veulent vraiment une ou deux mauvaises raisons de le bouder…

C’est un de mes jeux en noir et blanc préféré ! L’artiste a le même prénom que moi et ça, c’est peut-être un détail pour vous mais ça fait toujours plaisir ! Une fois mon égo rangé, que reste-t-il ? Un très bel objet, pour commencer : J’adore poser mes yeux dessus et l’avoir entre les mains me donne l’impression de déballer un cadeau (bien joué, le coup du ruban 😉 ) ! Les lames sont limpides, les illustrations sont douces, généreuses et elles respirent. Le praticien ne peut pas se sentir agressé par un tel design, au contraire, il ne peut que se sentir relaxé et apte à lire le message des cartes en toute simplicité, avec vivacité et clarté d’esprit. La fatalité n’est pas invitée ici. C’est donc un jeu qui offre légèreté et recul au consultant, en abordant chaque situation de façon optimiste. C’est là son point fort d’après-moi, il ne laisse aucune place aux scénarios catastrophes. Sans minimiser le tableau, il rappelle seulement que rien n’est à prendre trop au sérieux, la vie et surtout pas soi-même. Il souligne le fait que le bonheur et la bonne fortune ne sont que le fruit, le plus souvent, de notre façon de percevoir les situations et de s’en accommoder, plutôt que celui des événements en eux-mêmes.

On le trouve par ici…

Publicités