Mots-clefs

, , , ,

Après avoir mélangé son jeu vient le moment délicat du choix des lames. Si le plus important demeure de rester concentré sur l’objet de sa demande, les manières de choisir les cartes de son étalement peuvent se décliner sans aucune limite, si ce n’est celle de l’imagination. En voici certaines, des plus traditionnelles aux plus curieuses :

La méthode du fluide énergétique :

DMDCLCFE

Procédé : On étale les lames de son jeu en formant une ligne horizontale sur une table et on passe ses mains au dessus de celle-ci jusqu’à ce qu’une sensation de chaleur et / ou de picotements indique l’emplacement de la lame à sélectionner. Il faut réitérer l’opération jusqu’à ce que le nombre de lames requis pour l’étalement soit atteint.

Variante : On tient son jeu en éventail dans sa main émettrice et on choisit ses lames toujours en fonction de l’intensité des picotements ou de la chaleur ressentis dans sa main réceptrice.

A utiliser : Quand on veut travailler la réception des énergies par les mains, si l’on peut se contenter d’un travail approximatif avec les énergies (manque de précision possible à 1 ou 2 cartes près), en extérieur (variante).

A éviter : Lorsque les sensations peuvent être perturbées, par exemple à cause d’une fièvre ou d’un engourdissement des membres, en extérieur (vent).

*****

La méthode du pendule:

DMDCLCR

Procédé : On étale son jeu afin de former un tableau de 6 lignes et de 13 colonnes. Puis, on passe un pendule au dessus de chaque lame – seulement après avoir déterminé quels mouvements indiquent un oui, un non et un peut-être ou ne sais pas – et on étudie les mouvements émis. Seules les cartes ayant fait l’objet d’une réponse positive sont retenues. On peut étudier les lames une à une, et alors procéder par élimination en plusieurs sessions, ou bien s’arrêter dès que l’on a obtenu le nombre de lames indiqué pour l’étalement.

Option : Décider également au pendule si la lame doit être lue en sens droit ou en sens inversé, dans le cas où le mélange préalable n’a pas tenu compte de cette possibilité de lecture.

A utiliser : Quand on veut travailler la radiesthésie, lorsque l’on possède un pendule, pour un travail précis avec les énergies.

A éviter : Quand on est pressé, si l’on manque de place, en extérieur (vent).

*****

La méthode des dés :

DMDCLCD

Procédé : Les cartes sont sélectionnées d’après le résultat obtenu suite à un jeté de deux dés dont le nombre de faces est adapté. Un dé pour le chiffre des dizaines (0 à 7) et un dé pour le chiffre des unités (0 à 9) sont recommandés. Si le nombre obtenu est 21, on sélectionne donc la 21 ème carte du paquet, depuis le dessus ou le dessous, au choix. L’opération est répétée autant de fois que nécessaire selon le nombre de lames requis pour l’étalement.

Option : Décider également au dé si la lame doit être lue en sens droit ou inversé, seulement si le mélange préalable n’a pas tenu compte de cette possibilité de lecture. Un chiffre pair vaut un oui, un chiffre impair vaut un non (ou inversement).

A utiliser : Lorsque l’on possède ce type de dés, quand on désire un tirage le plus  aléatoire possible, en extérieur.

A éviter : Si l’on n’aime pas laisser les choses au hasard, quand on préfère être plus actif dans le choix des cartes.

*****

La méthode de la pièce de monnaie :

DMDCLCP

Procédé : Les cartes sont choisies une à une à pile ou face, après avoir établi sa convention (par exemple, pile vaut un oui et face vaut un non). On s’arrête une fois le nombre de lames indiqué pour l’étalement atteint.

Option : Décider également à pile ou face si la lame doit être lue en sens droit ou inversé lorsque le mélange préalable des cartes n’a pas tenu compte de cette possibilité de lecture.

A utiliser : Lorsque l’on a sur soi une pièce de monnaie, quand on désire un tirage  aléatoire, en extérieur, pour une réponse sans aucune ambiguité.

A éviter : Si l’on n’aime pas les réponses binaires, quand on préfère être plus actif dans le choix des cartes.

*****

La méthode numérologique :

Procédé : On choisit sa lame en fonction de la réduction numérologique d’une date. Cette réduction peut concerner la date de naissance du consultant, la date du jour ou la date d’un événement particulier qui fait l’objet de la demande. On réduit entre 1 et 78. Par exemple, si le résultat donne 29, je choisis la 29 ème lame du paquet, depuis le dessus ou le dessous, au choix.

Variante : On choisit son nombre fétiche, par exemple 7. On retire une lame du paquet toutes les 7 cartes, depuis le dessus ou le dessous, au choix. L’opération doit-être répétée jusqu’à ce que l’on obtienne le nombre de lames requis pour l’étalement.

Variante 2 : On détermine X nombres compris entre 1 et 78, dans un ordre croissant, X correspondant au nombre de lames requis pour l’étalement. On sélectionne les cartes ayant la position correspondante dans le paquet, depuis le dessus ou le dessous, au choix.

A utiliser : Quand on est adepte de la numérologie, lors de tirages à distance (variante 1 et 2), pour les tirages à une seule lame (réduction par date), en extérieur.

A éviter : Si l’on est fâché avec les chiffres.

*****

La méthode de la coupe :

DMDCLCC

Procédé : On coupe son jeu en deux. La lame qui apparaît est sélectionnée. On répète autant de fois que nécessaire afin d’obtenir le nombre de lames indiqué pour l’étalement.

Variante : On coupe le jeu en autant de paquets qu’il y a de positions dans l’étalement. Toutes les lames du dessus ou du dessous, au choix, sont sélectionnées. Celle du premier paquet vaut pour la position 1 de l’étalement et ainsi de suite.

A utiliser : Lorsque l’on veut faire simple, quand on a aucun matériel, quand on n’a qu’une main de disponible, pour un tirage à mi-chemin entre passivité hasardeuse et choix actif des lames.

A éviter : Si l’on a déjà effectué un mélange de cartes selon la méthode des paquets (petit risque de monotonie).

*****

La méthode du jet de cartes :

DMDCLCJC

Procédé : On jette son jeu en l’air. Seules les lames retournées seront sélectionnées. Les positions dans l’étalement sont attribuées en fonction de la proximité des lames par rapport au consultant, la position 1 correspondant à la lame face visible la plus proche du sujet. Les cartes sont lues en sens droit ou inversé selon la façon dont elles se présentent aux yeux du consultant. Les lames superflues ne sont pas retenues.

Variante : Jeter les lames une à une contre un mur, en suivant leur ordre d’apparition dans le paquet, depuis le dessus ou le dessous, au choix. Ne tenir compte que de celles qui rebondissent. Reproduire l’expérience jusqu’à obtenir le nombre de lames requis pour l’étalement.

A utiliser : Quand on ne se prend pas au sérieux, si l’on veut faire simple et ludique, lorsque l’on ne craint pas de manquer de respect à son jeu (!).

A éviter : Quand on n’a pas envie de ranger après (!), lorsque l’on manque de place, en extérieur (vent).

*****

Choisir ses cartes face visible est également une possibilité et cela est détaillé dans l’article intitulé Du Tirage Conscient.

*****

Par ailleurs, souvenez-vous qu’une carte sauteuse ou désignée par la patte de votre animal de compagnie mérite amplement d’être étudiée ! Dans le premier cas, la lame se manifeste directement à vous et cherche à attirer votre attention pour vous délivrer un message particulier. Dans le second cas, il faut retenir que les familiers perçoivent, eux aussi, les énergies et peuvent voir ce que nous ne voyons pas d’ordinaire.

Jeu : Royal Fez Moroccan Tarot

Pendule : Terra Nostra – Yuna Minhaï Dekebat

Publicités