Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Arrêter de fumer, c’est quelque chose que j’avais déjà fait 8 ans durant après le diagnostic de ma maladie de Crohn en 2000 et un objectif qu’il me fallait atteindre à nouveau suite à une rechute tabagique en 2009. Ce deuxième sevrage s’est transformé en plus de tentatives avortées que je n’ai de doigts pour les énumérer, tout au long de ces 5 dernières années. Pourtant, chaque fois que j’allumais une cigarette, j’avais conscience que le tabac n’avait rien à m’offrir, à titre personnel j’entends, et l’envie de renoncer définitivement à la cigarette ne m’a jamais quittée malgré cette reprise. J’y pensais et je reportais, jusqu’au jour où j’ai senti que c’était le moment. J’ai tenu une semaine, cédé le temps d’un week-end, me suis remise sur les rails la semaine suivante avant de dérailler une fois de plus. Ca avait été trop facile. Le plus dur n’est pas d’arrêter de fumer mais bien de ne pas recommencer à la moindre broutille qui va de travers.

Et puis je me suis souvenue de cet article que j’avais écrit et qui présentait ma méthode du mantra visuel, que j’avais illustrée en prenant l’exemple…de l’arrêt du tabac ! C’était l’occasion de mettre en pratique ma théorie et d’utiliser le tarot d’une manière tout à fait nouvelle pour moi, dans les faits. De pratiquer ce que je prêche. Car si j’ai l’imagination et la réflexion fertiles, j’ai souvent du mal à mettre la main à la pâte, je le reconnais. J’ai donc décidé d’utiliser le mantra visuel pour me soutenir au quotidien, tout en revoyant un brin ma copie : Si j’ai gardé La Force et Le Diable pour signifier la maîtrise de mon comportement dépendant et abusif envers le tabac, j’ai choisi de me représenter par La Tempérance (et non plus L’Etoile, liée à mon signe astrologique), qui reflétait plutôt bien à mes yeux mon moi idéal, celle que je voulais être. Une personne équilibrée dans un environnement harmonieux et qui sait gérer les énergies en présence.

CJADFALT

La Tempérance, La Force et Le Diable de mon mantra visuel
(Jeu : The New Palladini Tarot – David Palladini)

J’ai placé mon mantra sur le coin droit de mon bureau. Après-coup, je me dis que ce n’est peut-être pas anodin comme choix, ce côté droit, comme si je faisais appel à ma raison, pour être raisonnable. Au lever et avant le coucher, je fixais mon mantra quelques secondes en me répétant « Je maîtrise ma dépendance au tabac ». Je contemplais mon mantra chaque fois que je ressentais le besoin ou le désir de fumer. Au fur et à mesure que le temps passait, je n’avais plus besoin de prononcer mentalement mon affirmation, seulement de regarder mes 3 arcanes quelques brefs instants, puis de moins en moins souvent. Ce n’est qu’aujourd’hui que je l’ai démonté car j’ai réalisé que mes yeux ne s’y attardaient plus. Les cartes sont restées exposées 6 semaines et leur soutien m’a été précieux puisque je n’ai pas fumé depuis que j’ai « lancé le sort ». Cette fois semble bien la bonne d’autant que j’ai passé avec succès les étapes à risque (entendre par là que j’ai pu surmonter la colère, la tristesse, l’ennui, l’angoisse et les conflits relationnels sans l’ombre d’un rond de fumée).

Je parle de « lancer le sort » entre guillemets parce-qu’il n’y a rien de miraculeux ou de magique là-dedans, à mon sens. Je crois en la magie mais je rechigne à en (ab)user, de toute façon. Je pense juste qu’en procédant ainsi, j’ai tacitement passé un contrat avec moi-même et placé ma confiance la plus totale dans ce qui constitue à ce jour la base et l’essentiel de ma spiritualité (réduite comme une peau de chagrin, dernièrement), c’est à dire le tarot. De tout ce en quoi j’ai pu croire, seules les lames sont restées ou presque. Tout cela pour dire qu’inconsciemment, j’attendais forcément beaucoup de ce mantra et que son pouvoir sur moi, ainsi que les résultats constatés, proviennent sans nul doute de mon influençabilité et de ma grande capacité d’auto-suggestion. Je ne pouvais tout simplement pas me permettre d’échouer après ce rituel que j’ai voulu dépouillé de fioritures et d’appui extérieur. Je n’ai pas invoqué de divinité ou récité de formule, ni utilisé un ingrédient particulier. C’était un deal entre moi et les cartes, mais un pacte envers moi-même avant tout. Je ne pouvais pas me permettre d’échouer. Cela aurait été nier mon pouvoir personnel, les lames n’étant là que pour me le rappeler, comme un reflet. Elles n’ont fait que me rabâcher l’évidence : J’étais capable de surmonter ma dépendance, il me fallait simplement m’en souvenir et en être convaincue ! De l’auto-conditionnement, donc. A moins que ce soit cela la magie, du moins sa façon d’opérer…

Publicités