Mots-clefs

, ,

WUT1

Particularités :

Nom du jeu : The Wild Unknown Tarot
Auteur : Kim Krans
Illustrateur : Kim Krans
Editeur : Auto-édité
Date de première publication : 2012
Type de production : Non limitée
Disponibilité : Bonne
Prix indicatif : 62 Euros, jeu, livre et frais de port inclus
ISBN : Néant
Langue : Anglais

Tradition : Un mélange de Rider-Waite-Smith et de Marseille ?
Thème : Nature
Niveau requis : Intermédiaire
Conseillé aux : Amoureux de noir et blanc saupoudré d’éclats d’arc-en-ciel, de la faune et de la flore sauvages
Nombre de Cartes : 78
Taille des Cartes : 12 cm X 7 cm

L’Arcane Majeur :

Le Fou, Le Mage, La Grande Prêtresse, L’Impératrice, L’Empereur, Le Hiérophante, Les Amoureux, Le Chariot, La Justice, L’Ermite, La Roue De Fortune, La Force, Le Pendu, La Mort, Tempérance, Le Diable, La Tour, L’Etoile, La Lune, Le Soleil, Le Jugement, Le Monde.

Le Fou est en position 0, La Justice est en position 8, La Force est en position 11.

L’Arcane Mineur :

Les Suites : Les Pentacles (Cerfs), Les Epées (Biches), Les Baguettes (Serpents), Les Coupes (Cygnes).

La Cour : Fille, Fils, Mère, Père.

Description des cartes :

Ce jeu est un hommage à la nature sauvage, à l’ombre et à la lumière. Les cartes regorgent donc de représentations animales, pour la majorité d’entre elles, bien que certaines en sont totalement dépourvues, au profit d’un paysage, d’arbres, de plumes, de fleurs, d’une étoile ou d’un arc-en-ciel, par exemple. Il arrive aussi que l’illustration se concentre uniquement sur les symboles de suite, avec des effets de ligne. Les dessins sont fins et détaillés, les compositions ne sont pas surchargées. On retrouve un bel équilibre dans l’ensemble, entre noir et blanc et touches de couleurs, même si les lames se voient illuminées inégalement entre elles, certaines pas du tout. A noter que Kim Krans n’emploie aucun outil, comme une règle ou un compas, pour dessiner. Et pourtant, les effets de symétrie, en dépit de tracés parfois imparfaits, fonctionnent. C’en est presque psychédélique par moments. Le dos des cartes, réversible et en noir et blanc, montre bien cela, avec ces lignes reproduisant un losange à l’infini, façon poupée russe. Les lames sont nommées en noir et en toutes lettres, au centre du bas de carte, pour les majeures, les as et les lames de Cour. Le reste de l’arcane mineur n’est pas clairement identifié. Les lames sont toutes numérotées en chiffres romains, au centre du haut de carte. Les cartes sont souples et rigides à la fois, et glissent assez bien, sans coller. Le carton est de très bonne qualité, avec un fini mat. Les angles sont arrondis et il y a une bordure blanche autour des illustrations qui se fond très bien avec ces dernières. La boîte est très solide et présente un ruban noir pour amener les lames à soi.

Description du livre :

Il s’agit d’un livre en format poche d’environ 200 pages, en noir et blanc, le tout dans une police qui simule une rédaction manuscrite. L’auteur relate tout d’abord son expérience lors du processus créatif de son jeu et revient sur la structure d’un jeu de tarot, en rappelant les particularités liées à l’arcane majeur, l’arcane mineur, chaque suite élémentale et les cartes de Cour. Puis, elle donne des conseils pour réaliser des lectures, en évoquant la formulation de la question, le mélange des cartes et la coupe du jeu, avant de présenter trois tirages (celui de la lame unique quotidienne, le tirage « passé, présent, futur » et la fameuse « croix celtique ». Elle donne ensuite son avis sur les cartes en sens inversé, pour lesquelles elle n’a pas inclu de significations, et partage ses dernières recommandations avant d’aborder la signification des lames. Chaque carte bénéficie de sa représentation sur la page de gauche, et son nom est reporté avec quelques mots clés et une brève interprétation en page de droite.

Quelques unes de mes représentations préférées :

WUT2

L’Impératrice, Le Hiérophante, L’Ermite, La Force,
Le Pendu, La Mort, Tempérance, Le Soleil.

WUT3

Fille des Epées, Fils des Baguettes, Mère des Coupes, Père des Pentacles,
3 des Epées, 3 des Baguettes, 6 des Coupes, 2 des Pentacles.

La boîte de rangement et le dos des lames : 

WUT4

La reproduction offerte et le livre : 

WUT5

 L’interview :

WUT6

***7**5
***6**4
2**1**3

1- Comment te décrirais-tu ? (L’Empereur inversé) : « Je peux paraître un peu bordélique au premier abord ! »

2- Quelles sont tes limites, tes faiblesses ? (2 des Baguettes inversé) :  » Je suis plutôt imprévisible et je peux te mener là où tu ne m’attends pas »

3- Quels sont tes forces, ton potentiel ? (4 des Pentacles) : « Je transforme tout ce que je touche en or  »

4- Dans quel domaine m’aideras-tu au mieux ? (Mère des Pentacles) : « Je saurai t’aider à retrouver une certaine forme de bien-être et de sécurité ».

5- Qu’as-tu à m’offrir ? (As des Epées) : « Des heures de réflexion en perspective et une nouvelle vision des choses. »

6- Comment dois-je t’approcher ? (7 des Coupes inversé) : « En étant prête à abandonner tes illusions. »

7- Quelle sera notre relation ? (2 des Coupes inversé) : « Un merveilleux duo, j’insiste bien là-dessus, même si je sais que tu me feras des infidélités ! »

Conclusion : Jeu à privilégier pour me recentrer et approcher les choses sous un angle nouveau.

Mon avis :

Les + : La qualité de production à couper le souffle, le saisissant contraste du noir et blanc et des étincelles de couleur, l’originalité et la maîtrise des illustrations, l’univers sauvage.

Les – : Je n’en trouve aucun.

Lorsque j’ai découvert ce jeu par l’intermédiaire d’une connaissance sauvageonne qui se reconnaîtra, cela a été le coup de foudre immédiat. Au point que j’ai décidé de voter pour lui en tant que « meilleur jeu de tous les temps » pour le Top 10 Decks annuel d’Aeclectic Tarot. Je ne dirais pas qu’il est facile à apprivoiser, en tout cas, pas pour une personne qui débute son étude du Tarot. Cependant, il est empli de magie et de mystère, et celui qui s’y plongera prendra plaisir à en percer tous les secrets. J’y retrouve tout ce que j’aime : De la subtilité et de la profondeur, le noir et blanc auquel se mêlent souvent des touches de couleurs intenses -comme pour rappeler la lumière au coeur de l’obscurité-, des éléments naturels… Sauvage, il l’est indéniablement. Les deux premiers mots qui me viennent en tête pour le qualifier sont « witchy » et « folk ». C’est le genre de jeu avec lequel on rêve de travailler sous l’ombre lunaire des pins sylvestres, pieds nus dans la boue, ou encore, à la lueur d’une bougie,  bien au chaud dans son lit lors d’une nuit d’orage, avec un air fantomatique de Wolfe pour fond sonore. C’est un jeu qui rappelle à la terre, et à cette part sacrée et indomptée qui se cache au sein de tout.

On le trouve par ici…

Publicités