Mots-clefs

, , , ,

J’ai terminé d’expérimenter le premier exercice présenté dans le tome 1 de Tarot Life. Cela mérite bien un petit bilan…

Mes Observations :

Un petit rappel s’impose…L’exercice se déroule en  deux temps : D’abord on tire les cartes-conseils, la veille pour le lendemain, puis on les positionne selon un certain angle pour refléter visuellement la qualité de sa journée passée, selon son ressenti. Au début et en ce qui concerne l’orientation des cartes, j’ai réalisé que mes journées étaient composées d’activités plutôt en rapport avec mon essence profonde. Cependant, au fil du temps, je me suis laissée rattraper par le quotidien et envahir par l’ennui. Cela s’est traduit le plus souvent par de la procrastination et s’explique par une certaine fatigue ou un manque de lâcher-prise. Ainsi, je me suis perdue de vue durant plusieurs jours successifs, oubliant ce qui m’appelait durant près de la moitié de la période-test. Comme je ne travaillais pas à ce moment-là, je ne peux m’empêcher de penser que c’est beaucoup de temps libre de gâché. Sur la fin, j’ai terminé en parfait accord avec moi-même et mes aspirations. Aussi, lorsque je parvenais à faire quelque chose qui me plaisait vraiment dans la journée, les autres tâches m’ont semblé moins pesantes. Comme s’il y en avait moins eu ou qu’elles m’avaient pris très peu de temps, alors que ce n’était pas forcément le cas. Tandis que si je ne saisissais pas l’occasion d’entreprendre quelque chose rien que pour moi, ma déception et mon ennui s’en trouvaient tout au contraire décuplés. Par ailleurs, ma satisfaction personnelle s’amoindrissait si je n’allais pas jusqu’au bout d’un projet entamé ou si j’avais peu de temps à lui consacrer par rapport au reste. Il n’y a eu qu’un seul jour où j’ai été complètement à la ramasse et où les cartes ont dessiné un grand-écart, n’ayant rien fait de stimulant tout en étant submergée par les tâches désagréables. C’est un bon point. En général, je n’ai pas ressenti que je versais dans les extrêmes. Si mes journées pouvaient être améliorées, elles n’étaient pas pour autant totalement ratées.

Les conseils donnés par les lames étaient davantage des pistes que des ordonnances, puisque le mot de la fin me revenait systématiquement, sans personne pour approuver ou corriger mes déductions. J’étais seule face à moi-même pour choisir ce que je devais éviter et favoriser. La guidance puisée dans mon fort intérieur, rapprochée de mon quotidien et laissée à mon libre arbitre, ne pouvait être plus personnalisée. Ce travail m’a rendue plus responsable et objective, à sa manière. Vis à vis de mes choix et de mes actes, d’une part, et de mes perceptions, d’autre part.

Utiliser le tarot de Crowley a été un vrai défi pour moi. C’est un jeu fort et très subtil, même si ce n’est pas en sa compagnie que je me sens le plus à l’aise pour l’interprétation et la lecture intuitive des cartes. Cela m’aura au moins donné l’occasion de m’y essayer et de travailler un peu avec cette structure, en me basant sur la numérologie et les éléments plutôt que sur les illustrations.

Ma Conclusion :

L’exercice m’a permis de voir les choses sous un angle nouveau et je me suis rendue compte que le tableau n’était, en définitive, pas si laid et que j’en étais l’auteur principal. Je retiens donc que pour me sentir globalement épanouie, je dois prendre un peu de temps chaque jour pour moi et ce qui me passionne. C’est la clé pour prendre la vie du bon côté, quoi qu’il puisse arriver d’autre. C’est à moi qu’il appartient de faire les efforts nécessaires pour (ré)équilibrer mon existence et me sentir plus vivante.

Les arcanes offrent des suggestions pertinentes et variées, sélectionnables en fonction d’un contexte donné et adaptables.

Je vais mettre le Thot de côté pour le moment et reprendre mon bon vieux Rider-Waite-Smith pour les exercices suivants.

Je dois encore tester le tirage divinatoire présenté dans ce volume.

Publicités