Mots-clefs

,

Depuis quelques jours déjà, j’ai le sentiment de m’être (re)trouvée. Moi, pas une autre. Je m’étais perdue, un peu. A force de vouloir explorer mille et un sentiers à la fois, on ne va nulle part. Ou plutôt, on ne fait qu’être de passage, sans aller jusqu’au bout. On tente un détour, on fait demi-tour pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs, plus verte pour soi. Ce qui est un cadeau dans le fait de revenir sur ses pas pour fouler d’autres voies, c’est qu’on repasse forcément à un moment par là d’où l’on vient. On se recentre sur soi. Dépouillé des influences extérieures, on croit à tort, dans un premier temps, qu’il ne reste plus rien. En vérité, ce vide que l’on ressent, c’est pour se (re)faire de la place, pour accueillir ce qui a toujours été là.

Mon attirance pour les cartes s’est manifestée alors que je devenais femme. Avec le recul, je vois cela comme une sorte d’initiation dont je n’avais pas conscience à l’époque. Une initiation à mon propre pouvoir et mes propres mystères puisque les lames sont pour moi un miroir dont les reflets renvoient à soi-même. Je ressens un lien tenace avec elles qui ne cesse de se resserrer. L’intuition qui m’a poussée vers elles à l’origine se mue désormais en certitude. Parmi tous les types d’oracles, c’est d’abord avec le tarot que j’ai entamé une histoire et c’est vers le tarot que je reviens à chaque fois. Et aujourd’hui, après une traversée du désert spirituelle, j’ai l’impression d’être enfin rentrée chez moi.

J’ai toujours pensé qu’il y avait davantage à faire avec le tarot qu’un simple travail divinatoire. C’était comme une évidence même s’il m’a fallu attendre jusqu’à ce jour pour commencer à distinguer des contours, puis voir clairement les formes que tout ceci pouvait prendre, concrètement. Une personne m’a fait remarquer que le tarot pouvait être une voie spirituelle à elle-seule et je lui en suis reconnaissante du fond du coeur. La phrase étincelle qui a rallumé ma flamme, la lanterne qui m’a montré le chemin.

Je pense que j’ai trouvé ma voie. Le fait que mes récentes idées sur le sujet me soient venues comme des impulsions tend à confirmer cela, d’autant plus que mes recherches personnelles et les trouvailles qui en découlent ne viennent les valider qu’après-coup. Il n’a pas été question, du moins au début de ce nouveau voyage, d’être inspirée par ce qui aurait pu croiser ma route à cet instant précis. C’est venu d’en dedans et c’est plus tard que j’ai réalisé que ma vision était non seulement cohérente mais également que je la partageais, apparemment, avec d’autres !

J’ai trouvé ma voie, celle qui me convient, faite pour satisfaire mon approche assez intellectuelle de la spiritualité et ainsi me réconcilier avec une pratique faisant davantage appel à cet aspect de ma personnalité que d’autres que j’ai pu expérimenter. J’ai trouvé ma voie, celle qui a tout pour combler mon besoin paradoxal à la fois de diversité et d’unité, en toute cohérence. Une sorte de tout en un. « Laissez-moi juste un paquet de cartes et je n’aurais besoin de rien d’autre ». Du moins, je n’en suis plus très loin.

Publicités