Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Mon premier jeu de tarot : C’était Le Tarot Des Amoureux de Jane Lyle, mais uniquement l’arcane majeur que j’avais pris soin de découper dans un magazine féminin appartenant à ma grand-mère. J’ai collé chaque lame sur un support cartonné pour renforcer le jeu. Depuis, je me suis procurée la version officielle (jeu complet et livre). Par contre, je ne l’utilise quasiment plus. Je n’aime pas tellement creuser mes relations avec les cartes, même s’il m’arrive parfois de le faire.

Mon premier achat : Le Tarot De Thoth d’Aleister Crowley (dans une version coffret comprenant le livre Tarot Miroir De l’Ame de Gerd Ziegler). Je devais avoir à peine 18 ans à l’époque, et je débarquais dans le monde de l’ésotérisme. C’est probablement la notoriété de Crowley qui a influencé mon choix. En tout cas, même si je ne l’ai pas touché depuis longtemps, je me souviens d’un jeu puissant et très remuant.

Mon premier coup de coeur : Le Tarot de Verre d’Elisabetta Trévisan, dès lors que j’en ai eu un aperçu des lames dans le livre La Bible Du Tarot de Sarah Bartlett. J’ai été totalement hypnotisée par ses couleurs chatoyantes et reste encore aujourd’hui sous le charme. Probablement celui que j’ai le plus ardemment désiré, du fait de ma difficulté à l’obtenir en boutique (Je ne faisais pas de shopping en ligne à l’époque).

Ma première rencontre inattendue : Le Tarot Kazanlar d’Emil Kazanlar. La boîte ne m’attirait pas plus que ça et je n’en n’avais jamais entendu parler. Mais lorsque la vendeuse s’est proposée d’ouvrir le paquet pour que je puisse voir les lames, alors là !!! Ca a été davantage qu’un coup de coeur, l’extase ! J’avais l’impression d’avoir découvert un trésor.

Ma première bonne affaire : Un Tarot Visconti et un Tarot des Pierres Précieuses neufs à moins d’un euro chacun sur Amazon. Ca n’arrive pas tous les jours et vous pouvez me croire sur parole, je vérifie presque quotidiennement les prix affichés sur ma wishlist…

Ma première folie : The Ironwing Tarot de Lorena B. Moore, un tarot très particulier basé sur l’univers de la forge, très artistique et très rare…Puisque j’ai eu le dernier exemplaire de ce jeu auto publié. Le prix ? 90 $…C’est le plus cher de ma collection mais je vous rassure, j’ai vu pire ! En même temps, il faut relativiser : C’est une édition limitée, il y avait un livre relié à la main et un sachet en toile de jute pour ranger les cartes avec.

Ma première déception : Pas d’exemple avec un tarot mais avec un oracle : The Fortune Teller’s Mah-Jong de Derek Walters. Déjà, le livret prévient le lecteur du manque potentiel de certaines cartes. Des cartes vierges sont incluses dans le jeu au cas où, d’ailleurs…Pour qu’on les dessine soi-même au cas où. On croit rêver…Bref, mon jeu était évidemment défectueux, il manquait des cartes, je l’ai échangé aussitôt pour Les Tarots Celtiques de Laura Tuan. Pas franchement orgasmique, mais j’avais déjà tout le reste de ce qui était proposé en boutique (d’un tant soit peu intéressant selon moi) , mais ça a fait l’affaire sans mal comparé à ce Mah-Jong…

Ma première galère : Ca a été quand j’ai commandé The Moon Oracle de Caroline Smith et John Astrop sur Marketplace. A l’arrivée, juste le livre, pas de jeu. J’ai exprimé mon mécontentement sur le site via le commentaire d’appréciation que l’on doit laisser au vendeur après transaction. On m’a remboursée de suite sans que je n’en fasse la demande personnellement. Un peu plus tard, j’ai pu commander cet oracle via Ebay et finalement, il a sa place dans ma collection, après des semaines de doute intense et d’impatience. On notera qu’avec les tarots, ça se passe mieux pour moi qu’avec les oracles.

Mon premier livre sur le tarot : La Bible Du Tarot de Sarah Bartlett. Et encore aujourd’hui, je crois qu’on ne peut rêver mieux pour débuter sérieusement. Je suis vraiment bien tombée, j’y ai encore recours aujourd’hui, très complet et profond pour les aspects divinatoires.

Mon premier coup de coeur pour un livre sur le tarot : Encore une bible ! La Bible Du Tarot de Rachel Pollack. Je me vois encore arpenter tous les rayons du magasin avec le livre entre les mains. Je ne voulais pas craquer, je voulais être raisonnable puis je n’avais pas tellement les sous pour céder à ce caprice. Mais impossible de le lâcher, j’en avais même commencé la lecture sur place. C’est l’une des quelques rares fois où je me félicite d’avoir été déraisonnable. Pollack est devenue un de mes auteurs de référence sur le sujet.

Mon premier tirage : Je ne m’en souviens pas plus que ça mais me connaissant, j’ai du faire ça très religieusement, dans ma chambre, seule et de préférence à la tombée de la nuit.

Ma première lecture pour autrui : Elle est assez récente, ce fut pour une ancienne collègue/amie avec qui je passais tout mon temps à l’époque. Nos intérêts ésotériques communs, le fait qu’on n’avait aucun secret l’une pour l’autre et l’urgence de la situation m’ont fait accepter sa demande. Je n’aime pas vraiment lire pour autrui actuellement, ça viendra peut-être. Je suppose que c’est dû à ma vision du tarot. La lecture fut longue et intense, j’ai senti beaucoup d’énergie me quitter, j’y ai vraiment mis tout mon coeur. Vu le dénouement, je pense avoir été de bon conseil.

Ma première lecture à distance : Il n’y en a eu qu’une en guise de remerciement pour un service rendu. D’après les retours, j’ai vu plutôt juste même si je garde l’impression d’être restée assez vague.

Ma première prédiction avérée juste : Peut-être pas la première mais celle qui a eu le plus d’impacte et dont je me souviens encore car elle est toujours d’actualité : La Tour et L’Etoile surtout (je n’ai pas retenu le reste). C’était en 2009, je les ai revues en rêve 2 ans après le tirage et c’est là que j’ai fait le rapprochement avec la tournure qu’avait pris ma vie. Arriver là où je voulais mais pas comme je pensais, mon monde qui s’écroulait, une petite lumière au bout du tunnel, ouais. Mais elle est loin et à quel prix. Je n’en vois toujours pas le bout de ce fichu tunnel. Mais ça aurait pu être pire d’où L’Etoile, la bonne étoile qui veille au dessus de ma tête.

Ma première prédiction avérée fausse : Ca remonte loin, j’avais 17 ans, je crois. Je lisais les cartes pour moi mais en compagnie d’une copine. J’ai vu une rupture imminente et ça m’a calmée. C’est elle qui l’a vécue la rupture, pas moi, la semaine qui a suivi le tirage. Je me suis souvenue qu’elle avait touché mes cartes. Depuis ce jour, on ne touche plus !

La première lame dont j’ai rêvé : Le Mat (Le Fou), la carte portait cette dénomination assez rare. Plus récemment, Le Magicien. C’est bien, je fais les choses dans l’ordre, on dirait.

La première lame à laquelle je me suis identifiée : L’Etoile. Mais cela est en rapport avec une correspondance zodiacale, mon signe astrologique étant le Verseau. Suggéré par une lecture plus qu’une véritable identification personnelle, du moins au départ. Après, c’est une autre histoire.

La première lame que j’estime avoir comprise : Là encore Le Fou, peut-être parce-que j’en ai fait directement l’expérience dans ma vie, en pleine conscience.

Publicités